|  home  |  à la page  | fermer cette fenêtre
  ..
La Vieille au buisson de roses
Dans un monde où le temps semble s’être mis au ralenti, une vieille originale, un chien parleur et un marquis extravagant se trouvent, par un curieux hasard, assemblés en une folle trinité. Trois solitudes qui, sans le savoir, se cousent les unes aux autres par l’entremise des langues qui les traversent, les pétrissent et les sacralisent malgré elles et qui empruntent des voies/voix surprenantes dans une recherche de l’autre à l’issue tout à fait inattendue...
 
Au carrefour de plusieurs genres, La Vieille au buisson de roses orchestre la douloureuse quête existentielle de ses personnages, tout en articulant un jeu de piste littéraire jubilatoire où le lecteur, à l’aide d’un langage généreux, est mis en portée dans une musique, une pulsation du verbe lui permettant de savourer cette idée que « la littérature se fait dans la bouche », pour reprendre une formule chère à l’auteur ; littérature qui, dans ce texte, se mue en une invitation au voyage dans l’insolite champ/chant des mots/maux.
 

 

 
L'auteur
Lionel-Edouard Martin
Après des études littéraires sanctionnées par une agrégation de lettres modernes, sa carrière le mène à la diplomatie culturelle et à l’enseignement supérieur. Spécialiste de didactique du français langue étrangère, il a effectué de nombreux et longs séjours hors de France (Maroc, Allemagne, Caraïbe...), qui ont nourri son écriture. Sa poésie interroge, sous l’angle de leurs rapports avec le corps et le langage, les mondes parcourus, les choses vues : thématique qui, sous forme de textes courts, elliptiques, se prolonge et s’amplifie dans son œuvre narrative, fortement empreinte d’éléments biographiques... La critique a souvent rapproché l’écriture de Lionel-Édouard Martin de celle de Pierre Michon ou de Richard Millet. Elle peut aussi faire songer, certaines autres fois, à celle d’un Giono, d’un Ramuz mais aussi à celle d’un Flaubert dans ce qu’elle possède de singulier et de réfléchi dans le style.
 
en savoir plus sur l'auteur...
 
La Vieille au buisson de roses ouvre une porte d’accès à l’œuvre et à l’univers d’un écrivain qui, dans chacune de ses publications, confirme sa singularité.
 
 
Morceaux choisis...
 
[...] On a froid, sous ces ramures à peine bourgeonnantes, tout est gorgé d’eau ; sous la terre, doivent ramper des ruisseaux dépourvus d’yeux et de reflets, tout au plus chichement peuplés de bêtes aveugles, crevettes de source, mollusques : et c’est ça qui sans doute fait racines, parce que ces bois semblent morts, immobiles, on n’entend rien. La vieille s’arrête parfois pour humer quelque chose : le chien, qui la précède, s’en rend compte, fait demi-tour, lui octroie sa présence, se frotte à ses jambes. Ils sont là, tous deux, comme une espèce de double vie bancroche dans l’humidité. Crus, tous deux, dans cette bouche végétale, mais la manducation ne touche que le sommet des arbres : plus bas, contre terre, ça suce, laisse fondre. La vieille et Diurc – deux bonbons dans cette bouche – à moins qu’hosties ? La vieille se voit déglutie par le sol, avec le chien, dans une grande mêlerie de leurs viandes ; pourtant : rien, ça procède, promenade mouillée, dure, sous les frondaisons, comme, à pas maigres, on va noyer des chatons dans une mare. Mais la vieille n’a pas de chat dans ses poches : juste, comme bête, Diurc qui court devant elle et revient la flairer, elle-même chemin, route, pour l’animal, avec des pissements à chacune des stations. [...]
 
 
Le Vampire Actif Editions
204 pages
 
Prix : 15 €
 
Commander l'ouvrage...
 
 
 
 
Retrouvez-nous sur...